Créer son entreprise au Québec

 

Julien Valat, co-fondateur de l’agence La Clinique Conseil + Image, a accepté de nous livrer son témoignage de créateur d’entreprise français au Québec au gré de quelques questions.

« Ce que j’ai pu remarquer est la rapidité des institutions québécoises et canadiennes ! C’est peut-être un peu compliqué, mais elles sont incroyablement efficaces et rapides !

 

Bonjour Julien,
En quelques mots qui êtes-vous, quel est votre parcours ?

Bonjour,
Pour commencer, j’ai actuellement 26 ans, je suis originaire de Montpellier et je vis en tant que résident permanent à Montréal (Québec, Canada) depuis novembre 2010.

J’ai étudié cinq années à l’ISARA de Lyon pour obtenir un diplôme d’ingénieur en agronomie et agro-alimentaire. Grâce à mon école, j’ai pu découvrir Montréal en tant qu’étudiant pendant près d’un an.
J’ai par la suite vécu deux ans en région parisienne pour travailler comme manager dans une enseigne d’une grande marque de distribution. C’est durant ces deux années-là que j’ai préparé mon départ de l’autre côté de l’Atlantique.

Arrivé à Montréal, j’ai travaillé un petit moment comme manager pour une fameuse compagnie américaine de cafés. Mais l’expérience ne m’a pas vraiment plu et j’avais en tête depuis un moment de développer mon propre business.

Quelques mois après, nous avons donc décidé mon futur associé (designer graphique) et moi, de monter notre agence : La Clinique Conseil + Image.

Vous êtes donc co-fondateur de « La Clinique Conseil + Image . De quoi s’agit-il exactement ?

C’est une agence de design et de conseil en image aux entreprises. Nous accompagnons les entrepreneurs et leurs entreprises en leur proposant des stratégies autour de leur image de marque.

Parce qu’un logo, un site Internet ou une affiche publicitaire par exemple, ne sont pas de simples objets graphiques, il est nécessaire d’avoir une réflexion marketing solide en parallèle à leur développement. Nous nous occupons donc de tout cela. De la réflexion à la conception, sans oublier la formation et l’accompagnement qui vient par la suite.

Sur le moyen – long terme, comment souhaitez-vous faire évoluer votre entreprise?

Bien évidemment, La Clinique est une jeune agence de design donc nous souhaitons d’abord lui développer une belle visibilité et une clientèle fidèle. Il faut nous faire une place dans ce milieu très concurrentiel.

En parallèle, nous voulons faire de notre entreprise une référence dans le conseil aux entrepreneurs. Nous pensons qu’éduquer les entrepreneurs est aussi important que de leur proposer des services. C’est dans cette optique que nous avons créé un blog destiné essentiellement aux professionnels qui débutent sur Internet et les réseaux sociaux. Nous avons aussi d’autres projets toujours dans cette veine, tels que le développement de conférences/cours pour les entreprises et la création d’une boutique de livres numériques (de conseils bien sûr !).

En bref, notre but à long terme est de pouvoir se présenter comme des accompagnateurs d’entreprises plutôt que de simplement travailler pour elles et les quitter une fois le travail effectué.

C’est aussi pour cette raison que je suis venu la première fois sur le «Forum pour entrepreneurs» : pour partager mon expérience et donner des conseils ! Toujours dans la droite lignée de nos objectifs d’évolution.

photo: Denis Tremblay Source:www.vieux.montreal.qc.ca

Vous avez fait le choix de créer votre entreprise à l’étranger. Quelle en est la raison ?

Certainement pas pour la fiscalité ! J’aurais choisi un autre pays sinon…
En réalité, je n’ai pas choisi de créer mon entreprise à l’étranger. Il se trouve que j’ai choisi de vivre à l’étranger puis j’ai pris la décision d’y créer mon entreprise parce que la vie ici, à Montréal, me plaisait. Donc c’est avant tout un choix personnel plutôt qu’un choix professionnel. Et je pense que c’est mieux ainsi.

Vous savez, créer son entreprise à l’étranger sans avoir fait le choix personnel d’y vivre peut conduire à la catastrophe. Pour créer une entreprise, surtout si vous visez la clientèle locale, il faut connaître le pays, ses habitants, leur façon de vivre, leurs traditions… En bref, il faut s’intégrer ! Et si vous ne vous plaisez pas personnellement dans un pays, vous ne vous intégrerez pas et vous n’arriverez simplement pas à développer votre entreprise.

Quelles démarches entreprendre pour créer son entreprise au Canada ?

On entend souvent dire que créer son entreprise au Canada est plus simple qu’en France. Je ne suis pas très bien placé pour juger étant donné que je n’ai jamais créé d’entreprise en France. Par contre il est vrai qu’ici, ce n’est pas vraiment compliqué. Il faut seulement se donner les moyens…

Ce sont plusieurs démarches administratives à faire. Rentrer dans les détails serait superflu mais en gros, tout dépend du statut de l’entreprise que vous voulez créer. Une entreprise individuelle ou une société de personnes (2 associés ou plus) sera très simple à créer et les frais seront très faibles. Une compagnie (société par actions) sera plus compliquée à créer car cela demande l’intervention d’un avocat et des frais plus élevés.
Ensuite tout dépend du type d’entreprise que vous voulez créer : il faut se déclarer à différentes institutions (Revenus Canada, Revenu Québec, Commission de la sécurité au travail…), demander différents permis si nécessaire etc…

C’est complexe car il est nécessaire de penser à tout, mais plusieurs ressources gouvernementales peuvent vous aider à éclaircir tout ça (sur Internet, par téléphone ou même en personne). Mais surtout, ce que j’ai pu remarqué est la rapidité des institutions québécoises et canadiennes ! C’est peut-être un peu compliqué, mais elles sont incroyablement efficaces et rapides !

Ah oui ! Chose très importante : pour pouvoir créer son entreprise au Canada il faut ABSOLUMENT avoir le statut de résident permanent. Tout autre statut (touriste, travailleur, PVT…) ne vous le permettra pas !

Quelles difficultés avez-vous rencontré au début de votre installation aux Canada?

Au niveau personnel, il s’agit de trouver sa place. Même si je connaissais déjà Montréal, il a quand même fallu que je me réadapte complètement. Ce ne sont pas les mêmes habitudes : on a beau y parler majoritairement français, la culture et la vie ici n’ont rien à voir avec la France. Beaucoup s’aventureront à dire que c’est mieux ou moins bien. Je préfère prendre moins de risque en disant que c’est très différent et que personnellement, j’ai trouvé plus de points positifs ici, ce qui fait que j’ai eu envie de m’y installer.

Par «trouver sa place» je veux donc dire s’intégrer, rencontrer les gens d’ici et prendre les habitudes d’ici. Certains vont préférer contourner la difficulté et rester entre français pour vivre à la française. On est au Québec donc c’est facile de faire ainsi… mais aussi très dommage car dans ce cas on ne découvre le pays qu’en surface !

Puis si on parle de choses plus superficielles, je pense que ce qui est le plus difficile au début, c’est le climat. À Montréal, il va faire très froid en hiver (les -20ºC sont habituels) et nous allons avoir beaucoup de neige. Par contre, en été, il va faire chaud et humide. On atteint régulièrement les 35/40ºC et croyez-moi, avec l’humidité, c’est difficile à vivre. C’est génial de pouvoir goûter aux extrêmes mais ça demande quand même un temps d’adaptation !

Mais des difficultés, on en rencontre tout le temps quand on découvre un nouveau pays. Il faut savoir les prendre une par une et ne pas se décourager, c’est comme ça qu’on s’intègre. Aujourd’hui mon défi est d’en apprendre de plus en plus sur la politique intérieure ! C’est un travail long et difficile même si finalement, on retrouve les mêmes sujets qu’en Europe !

Qu’est-ce que vous appréciez le plus dans votre vie d’expatrié et pourquoi ?

Ce que j’apprécie le plus en tant qu’expatrié c’est le fait d’avoir pu choisir l’endroit où je voulais vivre. Je suis né en France et j’en suis très fier, mais le style de vie qui me convient le plus est celui des québécois.

J’aime beaucoup le côté chaleureux des québécois et leur ouverture d’esprit. C’est vraiment relaxant. Cela ne veut pas dire que tout le monde sera ton ami en 5 minutes, mais en tout cas ils te font ressentir que tu es le bienvenu. C’est relaxant et agréable. (Surtout quand tu te rends compte que c’est la même chose dans un cadre professionnel !)

Puis au niveau professionnel, c’est la culture nord américaine en général que je trouve géniale. On ne regarde pas vraiment tes diplômes mais plutôt ton expérience et puis rien ne t’empêche de changer de branche si tu montres que tu es capable de le faire. L’ouverture d’esprit, ça fonctionne aussi au niveau professionnel !
En France ça m’aurait peut-être demandé un autre diplôme pour qu’on me prenne au sérieux au niveau marketing. Ici on me demande mon expérience essentiellement puis on me fait confiance.

Quels conseils donneriez-vous à d’autres porteurs de projets qui souhaitent créer leur propre entreprise au Québec? 

Le principal conseil que je pourrais donner est de faire attention : il ne faut pas venir au Québec pour de mauvaises raisons car tout le monde n’est pas fait pour être expatrié. Comme je disais plus haut, il faut venir pour des raisons personnelles en priorité. Ne venez jamais vous installer au Québec si vous n’avez pas un minimum «testé la vie ici». Par exemple, venir travailler un an au Québec serait plus raisonnable avant de décider de lancer son projet entrepreneurial. Cela vous permettrait  d’en apprendre plus sur le pays, ses habitants, ses habitudes… et d’avoir vu toutes les saisons !

Le Québec attire parce que les français voit ça comme l’Amérique française. Mais c’est bien plus complexe que ça. Les québécois ont une culture unique bien différente de leurs cousins français ou de leurs voisins américains. À vrai dire, ils sont même uniques au Canada (d’où les envies d’indépendances qui se font entendre souvent).
Le Québec n’est pas une nouvelle France ou une meilleure France. On a nos problèmes sociaux, nos problèmes politiques, nos problèmes professionnels… Comme partout ailleurs finalement !

Mais une fois que votre décision est définitive, je conseille de se lancer à fond dans son projet. Au Québec, on est vraiment encouragé et aidé pour créer son propre business. Qu’on ait 20, 40 ou 60 ans, tout le monde peut créer son entreprise et ce ne sera pas mal vu !

Ah oui, bien sûr, un autre conseil si vous souhaitez créer votre entreprise au Québec, ne venez pas les poches vides en pensant que les banques québécoises sont zen et ouvertes d’esprit elles aussi ! Les banques c’est pareil partout, ça ne prête que si vous avec de l’argent… Alors si vous voulez créer votre business, venez avec quelques économies…

[adsenseyu2]

 

Retrouvez Julien sur le forum de la création d’entreprise où il répondra à toutes vos questions.

Propulsé par DT Author Box

écrit par P.M

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>