Quelles sont les étapes du rachat de société ?

rachat de société

Publié le : 16 juillet 20217 mins de lecture

Le processus de fusion et d’acquisition d’entreprise comporte de nombreuses étapes et peut parfois être retardé. Ces processus peuvent prendre de deux ou trois mois minimum à plusieurs années. Planifier une stratégie d’acquisition et établir les critères de recherche de l’opportunité à acquérir est la première étape à faire si vous voulez faire le rachat entreprise. Puis, il faut rechercher des cibles potentielles et analyser les entreprises à reprendre. Après cela, la lettre d’intention et des négociations s’imposent. Et enfin, la rédaction de contrats et autres documents de transaction précèdent la signature du rachat d’une entreprise. Zoom sur les différentes étapes à suivre si vous voulez faire l’acquisition d’une entreprise.

Planifier une stratégie d’acquisition 

La première étape dans une cession d’entreprise consiste à se fixer un objectif. Ayez une idée claire de ce que vous attendez de l’exploitation ou du but de l’entreprise. Normalement, l’intérêt initial répond généralement aux avantages fiscaux, à l’utilisation des fonds excédentaires et augmentation de la valeur du groupe et à un coût de démarrage réduit. En réalité, la valeur des entreprises en tant que groupe doit être supérieure à la valeur de chacune individuellement. Il existe deux types de synergies selon le type. D’un côté, l’acquisition horizontale : un concurrent en acquiert un autre. De l’autre côté, l’acquisition verticale : une entreprise acquiert une entreprise complémentaire pour croître plus rapidement. Outre cela, ce site spécialisé va vous apprendre tous ce qu’il faut faire pour l’acquisition d’une entreprise.

Il faut aussi considérer si l’acquéreur est industriel ou financier. Il convient d’identifier les critères clés que les entreprises potentielles devraient avoir. La gestion des entreprises à reprendre peut-être améliorée et l’acquéreur en a les clés. Du point de vue géographique, la société à acquérir doit couvrir des zones où l’acquéreur n’a pas d’activité. Comme elle manque de trésorerie, la société absorbante peut combler ce manque en échange de fonds propres. Elle doit développer des métiers complémentaires à celui de la société acquise et intégrables, générant des économies d’échelle. Elle peut prévoir une expansion internationale en éliminant la concurrence.

Recherche des cibles potentielles et analyse de l’entreprise

Par la connaissance de la compétence, l’acquéreur peut savoir quels objectifs acquérir et dans quelle condition ils se trouvent. Il peut faire appel à un professionnel pour faire ce travail. Votre institution financière habituelle (banques ou autres) peut vous proposer des opportunités. Après cela, il faut faire une planification de la transaction. L’acquéreur doit prendre contact avec une ou plusieurs sociétés susceptibles de faire l’objet de rachat d’entreprise. L’objectif de ces premières discussions est d’obtenir un maximum d’informations et d’évaluer la transaction potentielle.

A ce stade, les entreprises concluent généralement un accord de confidentialité ou un accord de confidentialité, car des informations normalement confidentielles sont échangées afin de faire avancer les discussions. Pour les opportunités qui semblent réalisables, une demande préalable est adressée à l’entreprise pour obtenir des informations supplémentaires. Ces informations supplémentaires devraient être utilisées pour évaluer davantage l’acquisition potentielle. Normalement, les états financiers sont examinés sans préjudice des autres.

Lettre d’intention et négociation

Première offre, normalement sans engagement mais définissant généralement les lignes directrices de la transaction. Une fois l’offre initiale déposée, les entreprises entament les négociations de manière plus approfondie. Selon une diligence raisonnable, on entame un processus complet qui commence une fois que la lettre d’intention a été acceptée. L’objectif est de confirmer ou de corriger l’appréciation que l’acquéreur a faite de la société à acquérir. Néanmoins, des aspects divers doivent passer en revue.

Avec l’aspect financier, on examine l’exactitude des chiffres fournis et l’ajustement de l’évaluation de l’entreprise. Du point de vue commerciale, on effectue des examens de la partie corporative de l’entreprise, actifs, passifs, contrats, licences, clients, assurances, contentieux, propriété industrielle et intellectuelle, protection des données, etc. On doit passer en revue aussi l’étude du statut des travailleurs. Selon un point de vue fiscale, on examine des aspects fiscaux et de leurs éventualités. Ce rapport de Due Diligence indique les éventualités possibles qui peuvent survenir après l’opération. Ces contingences affectent les négociations car elles font généralement baisser le prix ou ont un impact important sur l’opération.

Rédaction de contrats et autres documents de transaction

Le rapport de Due Diligence joue un rôle déterminant dans la rédaction des documents et la planification de la stratégie à suivre. À ce stade, non seulement le prix est important, mais aussi d’autres aspects. C’est le cas avec les moyens de paiement, les diverses garanties, le partage du pouvoir, ainsi que les règles qui régiront les entreprises comme les transmissions, instances dirigeantes, et prise de décision. Il faut penser aussi aux manières de retenir les personnes clés dans l’entreprise. Concernant le financement de l’opération, la société absorbante doit avoir prévu le montant des fonds nécessaires à la réalisation de l’opération. 

Et enfin, c’est lors de la clôture et intégration pour l’acquisition que se tienne la signature de l’opération commerciale : par fusion, acquisition, rachat d’actifs, etc.  Cela affecte principalement le fonctionnement interne, le personnel, les applications informatiques etc. Normalement, ces intégrations ne sont pas simples, mais elles sont généralement conçues à l’avance. Les entreprises ne peuvent pas arrêter son fonctionnement normal, sinon elles perdent de la valeur. Il est possible qu’après l’intégration, la prise de décision et les protocoles internes aient changé. C’est pourquoi ce processus d’intégration est généralement conçu avec minutie et dès le début de l’opération.

 

Les avantages de faire appel à un expert-comptable en ligne

Plan du site